La grande histoire d’un simple t-shirt

05 Mai
Kathleen Dufour

Dans l’univers de la mode, le t-shirt blanc est un classique ultra polyvalent, une toile de fond parfaite pour bâtir un ensemble. Ce n’est pas étonnant, puisqu’il s’agence avec à peu près tout. Mais comment ce vêtement si simple est-il devenu un incontournable de nos garde-robes? Remontons le fil de l’histoire.

 

Au début des années 1900, le t-shirt était un sous-vêtement. Dérivé d’une combinaison une-pièce appelée union suit (qui ressemblait aux « combines » de nos grands-pères), le t-shirt est né quand on décida de couper cette combinaison en deux. Les premiers t-shirts, qui avaient les manches courtes et une encolure ras-de-cou, furent portés sous l’uniforme des engagés de la Marine. Une fois adoptés par la Marine, le t-shirt a rapidement gagné la faveur de plusieurs industries parce qu’il était peu cher et facile à laver. En 1920, le mot « t-shirt » entrait officiellement dans le vocabulaire du dictionnaire Merriam-Webster. Durant la Grande Dépression, le t-shirt blanc tout simple était prisé des ouvriers et des fermiers. Puis, à la deuxième guerre mondiale, il fait officiellement partie de la tenue militaire et bien des vétérans le portent même seul avec leur pantalon d’uniforme, en guise de tenue décontractée.

 

Transportons-nous maintenant au cinéma. Nous sommes dans les années 1950, et Marlon Brando donne la réplique à Vivien Leigh dans le film Un tramway nommé Désir : il porte un t-shirt blanc. Peu après, c’est au tour de James Dean d’en faire son look signature dans La fureur de vivre. Il n’en faut pas plus pour immortaliser le t-shirt qui devient soudain tendance et entre dans la garde-robe de tous les jours de monsieur Tout-le-monde, aussi bien que celle des stars. Dans les années 1960 et 1970, une vague de couleurs et d’imprimés déferle sur les t-shirts (rappelez-vous l’époque yéyé de la teinture nouée et des t-shirts à l’effigie de groupes de musique populaires). Durant les années 1980, c’est au niveau des coupes que les t-shirts évoluent, certains étant plus ajustés alors que d’autres ont un style carré unisexe et popularisent des slogans accrocheurs. Le t-shirt poursuit sa lancée dans la décennie suivante quand, en 1991, Karl Lagerfeld agence un cardigan Chanel en tweed classique à un t-shirt blanc. Cette griffe de designer lui confère officiellement ses lettres de noblesse.

 

Depuis, le t-shirt aux modestes origines se retrouve aussi bien dans les défilés que dans nos garde-robes. On l’adore parce qu’il se porte avec un jeans ou une jupe, des talons ou des espadrilles, au bureau, pour sortir ou au gym. Bref, c’est un article intemporel qui se transforme selon l’usage qu’on veut bien lui donner.

 

Selon vous, quel sex-symbol a le plus fait honneur à ce classique : Brigitte Bardot ou Jane Birkin?

 

    

FacebookTwitterEmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de Reitmans (Canada) Ltée

© 2018 Reitmans (Canada) Ltée. Tous droits réservés.